Semaine 17 : Se donner la permission

Quand nous sommes enfant, nous voyons le monde avec les yeux de l’innocence et nous nous émerveillons de tout ce qui nous entoure. Nous pensons que l’on peut faire ce que l’on veut et nous regardons souvent les adultes avec un sentiment d’incompréhension quant à leur facilité à rendre toujours tout compliqué.

Moi par exemple, j’adorais grimper aux arbres, je faisais du cheval tous les week-ends et je voulais souvent dormir dans le même box qu’eux. Quand je parlais avec mes copines, nous dessinions le monde avec de magnifiques couleurs et nous imaginions que nous serions amies pour la fin des temps. Avec notre naïveté et notre imagination, nous pouvions bâtir de grandes choses et nous pouvions toucher le cœur de quelqu’un avec un simple sourire.

En grandissant, on nous dit que le monde est comme il est. On nous martèle que notre vie consiste juste à vivre à l’intérieur de celui-ci, en essayant de ne pas trop se cogner la tête contre les murs. Qu’il faut rester dans les lignes définis par d’autres.

Mais c’est une vie très limité. On s’interdit des choses et ce qui était naturel dans notre enfance devient quasi prohibé une fois adulte. Il ne faut plus se montrer tel que nous sommes !!!

On a arrêté de se donner la permission d’avoir, de faire mais surtout D’ETRE. D’être soi.

La résultante de tout cela comme vous l’avez certainement deviné est une perte de confiance en soi, la peur du jugement. On se conforme à la masse car c’est mieux (pfff) et nous étouffons l’écoute de nos propres désirs.

Pendant des années, j’ai arrêté de me donner la permission d’être bien, de pouvoir être heureuse, de vivre pour moi, de dépasser les lignes, de lâcher prise, de montrer qui je suis. Je suivais les autres car c’était logique, je faisais partie d’un groupe, je montrais aux autres que je pouvais être comme eux. Où est l’intérêt de tout cela ? Si tu ne peux pas être toi-même, tu n’es rien en fait.

Regardez cette expérience en image et vous comprendrez ce que je veux dire

Il y’ a quelques années, j’ai quitté la France, car j’avais ce ras le bol. Je suis partie vivre dans un endroit magnifique en Amérique du Sud. Vous allez rire mais, je pouvais de nouveau grimper aux arbres, faire du cheval dans une vallée incroyable et j’étais entouré de personnes de cœur. J’ai commencé de nouveau à me donner la permission d’être MOI et de pouvoir de nouveau être bien.

En rentrant en France, j’étais revigoré, j’ai découvert que je pouvais apporter du positif dans la vie des autres.

Avec un simple sourire, nous offrons du bien être aux autres ; avec de l’écoute, nous pouvons influencer les choses ; avec du positif, nous pouvons aider à redonner confiance à quelqu’un. Avec du lâcher prise, nous pouvons profiter de nouveau des moments présents sans se raccrocher à notre passé parfois douloureux ou réflexes connus.

Définition : Le lâcher prise est juste une approche souple de la vie qui la rend beaucoup plus simple. Cela demande du courage certes mais quel plaisir de redécouvrir cet état.

La vie peut être bien plus épanouissante une fois que l’on a découvert le simple fait que tout ce qui nous entoure n’a pas été créé par des gens plus futés que nous, que l’on peut se donner la permission d’être qui nous voulons être. Que nous pouvons influencer le cours des choses, apposer notre propre marque, rendre notre vie meilleure mais surtout rendre la vie des autres meilleures. Une fois que l’on a appris cela, nous ne sommes plus le même.

Nous sommes notre pire ennemi alors pourquoi ne serions-nous pas notre meilleur ami ?

Que choisissez-vous ?

Très belle semaine à vous tous.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s