Week 19: The future You (following week 18)

A few month ago, I had a drink with a friend who told me about her future plans. Already well established in life, she tells me that she has decided to leave a year abroad to take a training following her heart and change her professional direction. She does not really know how, but she knows her “Why”. Her eyes sparkled as she spoke about it, her smile widened when she imagined her future life. I had the feeling of being in front of a child going to a fun fair for the first time.

We always have to keep in mind that we think of grows and when we come to project towards our future self, we communicate this enthusiasm around us but we must know from the beginning where we want to go in order to take the right direction that takes us there.

When we imagine our future self, the “How” defines just that we do things with:

– Honesty

– an Open mindedness

– Willingness

Successful people just do things, people who fail make the conscious decision not to do things.

We have been conditioned with this idea that: happiness comes after success, but it is completely the opposite. Develop a state of mind where you feel happy and success will come.

A life without passion is just useless. Happy people are 31% more productive and 37% more efficient. So, let’s be happy about what we want to do first and foremost because that’s how we make others happy and we access what we want.

We all heard about Aladdin’s lamp when we were a child. Are you aware that this lamp is you? Everything you own today comes from the thoughts you had in the past.

A thought is above all a wish that generates emotions which leads to a belief and triggers action. We already have everything in us “so What are you pretending not to know? “And” What would the person I intend to become do next? “

Everything we set in motion continues in motion according to a simple and logical progression if we do not pull up the stop brake. If there’s a red light, it does not matter; the slowdown does not prevent progress. You have a vehicle, a GPS, fuel, that’s all that counts.

Some people do not plan to fail, they simply fail to plan. And in terms of our comfort zone which is cozy but not necessarily pleasant, well realize that it controls you until you decide to control it because we are in charge of the life we live. These are daily choices, hours by hours, minutes by minutes that will make who we are and who we become.

You could tell me, yes but there are things that we cannot control (weather, traffic jams, strikes …), of course !!, and then, that’s how it is everything, you will not talk about it for a week; it’s useless to pester for that and lose your energy for nothing. Accept it and focus only on what you can control because the list is long 🙂 and we all know it deep inside.

I will end with this little anecdote: one day a young woman go and see a coach in personal development to ask him for advice on motivation. He just replies, “You’re going to die tomorrow”.

“How do you want to be remembered? What do you want to leave behind? A print or just ashes.

You might find this taboo but, in the end,, we always have the choice:

 

 

 

 

 

 

Listen: Your heart’s desire

Ignore: the circumstances that govern our lives by influencing them

OR

Listen: the circumstances that govern our lives without changing anything

Ignore: Heart’s desire

I made my choice: What’s yours?

Have a great week

Advertisements

Semaine 19: Le futur vous (suite de la semaine 18)

Il y’a quelques temps, je prenais un verre avec une amie qui me parlait de ses futurs projets. Déjà bien installé dans la vie, elle m’explique qu’elle a décidé de partir un an à l’étranger pour suivre une formation qui lui tient à cœur et changer de direction professionnelle. Elle ne sait pas encore vraiment comment, mais peu importe car elle connait son « Pourquoi ».

Ses yeux pétillaient au fur et à mesure qu’elle me parlait, son sourire s’élargissait quand elle imaginait sa future vie. C’était un magnifique moment. J’avais le sentiment de me trouver face à un enfant allant à une fête foraine pour la première fois.

Il faut toujours garder à l’esprit que ce que nous pensons grandit, et quand nous arrivons à nous projeter vers ce futur, nous communiquons cet enthousiasme autour de nous.

Seulement, il faut dès le départ savoir où on veut aller afin de prendre la direction qui nous y emmène.

Quand on imagine le futur soi, le « how » (comment) définit juste que l’on fasse les choses avec :

– Honnêteté (Honesty)

– Un esprit ouvert (open mindedness)

– Volonté (willingness)

Les gens qui réussissent font simplement les choses, les gens qui échouent prennent la décision Consciente de ne pas faire les choses.

Nous avons été conditionnés avec cette idée que : le bonheur arrive après le succès mais c’est complétement le contraire. Développe un état d’esprit où tu te sens heureux et le succès arrivera.

Une vie sans passion est juste inutile. Les gens heureux sont 31% plus productifs et 37% plus performants. Alors, soyons heureux de ce que nous voulons faire en tout premier lieu car c’est ainsi que l’on rend les autres heureux et que nous accédons à ce que nous désirons.

Nous avons tous entendu parler de la lampe d’Aladin quand nous étions enfant. Avez-vous conscience que cette lampe, c’est vous !!

Tout ce que vous possédez aujourd’hui provient de pensées que vous avez eu dans le passé. La Pensée est avant tout un souhait qui engendre des émotions, qui, par ricochet amène une croyance, qui va engendrer le passage à l’action.

Nous avons déjà tout en nous alors « Qu’est-ce que vous prétendez ne pas savoir ? » et « Qu’est-ce que la personne que je souhaites devenir doit faire pour atteindre ce but ? »

Tout ce que nous mettons en mouvement dans la vie continue en mouvement selon une progression simple et logique, à condition de ne pas tirer sur le frein d’arrêt. C’est vous qui tenez les rênes, dois-je le rappelez ?

S’il y’a un feu rouge, peu importe ; les ralentissements n’empêche nullement la progression. Vous avez un véhicule, un Gps, du carburant, c’est tout ce qui compte.

Certaines personnes ne planifient pas d’échouer, elles échouent simplement de planifier. Et pour ce qui est de notre zone de confort qui est un peu notre cocooning, même si elle n’est pas forcément des plus agréable, et bien dites-vous qu’elle vous contrôle jusqu’à ce que vous décidiez Vous de la contrôler. On choisit la vie que nous vivons. Ce sont des choix conscients quotidiens, heures par heures, minutes par minutes qui vont faire ce qui nous sommes et ce que nous devenons.

Vous pourriez me dire, oui mais il y’a des choses que l’on ne peut pas contrôler (la météo,les bouchons, les gréves…), évidemment!!, et alors, c’est comme ça c’est tout, vous n’allez pas en parler pendant une semaine!!; ça ne sert à rien de pester pour ça et de perdre votre énergie pour rien. Acceptez le et Concentrez-vous uniquement sur ce que vous pouvez contrôler car la liste est longue 🙂 et nous le savons tous au fond de nous.

Je terminerai avec cette petite anecdote : un jour une jeune femme va voir un grand coach en développement personnel pour lui demander un conseil sur la motivation. Il lui répond juste : « Tu vas mourir demain ».

Alors, comment souhaitez-vous que l’on se rappelle vous ? Qu’est-ce que vous voulez laisser derrière vous ? Une Empreinte….. ou Juste des cendres.

C’est tabou ce que je dis mais au final, nous avons toujours le choix :

Ecouter : ce que nous dicte notre cœur

Ignorer : les circonstances qui régissent notre vie car nous avons une influence sur elles.

 

 

 

 

 

 

 

OU BIEN

Ecouter : les circonstances qui régissent notre vie sans rien changer

Ignorer : ce que vous dicte votre cœur

J’ai fait mon choix. Quel est le vôtre ?

Bonne semaine à tous.

 

Week 18 : You

We all have an history, patterns, a personality, and modes of thought that we believe to be ours but which, as you know, were mostly shaped by the environment around us.

So let’s start from this postulate and let’s study this environment:

– Fear and insecurity: Today people are afraid of the future. Afraid of losing their job, afraid of not being able to ensure the subsistence of the needs of their family. These fears prevent them from taking risks.

– The culture of having everything, right away: In a world that is constantly moving, we no longer take the time to ask ourselves and to visualize our future in the medium term. Our culture is based on immediate results ‘now’ or ‘never’.

– Victimization: If I fail, it is the fault of my boss that throw some sands into the wheels. If I am tired, it is because of the children who take me a lot of energy. If I cannot buy this apartment, it is because the borrowing rates are too high……….

– To be oneself: in a world where the opinion of others and the so-called one has a great place, it takes courage to show oneself as we are. Yet we all have our strengths and weaknesses and showing ourselves without a filter is a great strength.

– What do I have to win: Life is a competition, make your way through to reach the highest step of the podium.

It’s a pretty sad postulate, is not it?

 

 

 

 

 

Now, let’s try to reverse things: what is done is done, what happened in the past is past. It is useless to look back because it is not in this way that we are moving forward.

Our history does not drive our life, you are the driver, you have control of this engine, and you can choose the speed and direction you take. Your history is what you leave behind!!!!! The person you want to be on the other hand requires that you step forward and actually discover new things, embrace what you do not know yet, and that requires a constant, durable and lasting learning.

Likewise the ‘I, Me’ cannot lead you anywhere. Whether you agree or disagree, we are all interdependent. If you want to receive, you must give away. If you want to succeed, you must help other people to succeed. These are just universal principles.

The ‘me’ I made myself, it’s just bullshit, it is just ego. Do not confuse ‘ambition’ which is often unhealthy because at the expense of others and ‘growing’ in a healthy and pleasant environment by interacting with the people around you and being in a ‘win-win’ model.

We all have to gain by using these principles but much to lose by remaining in a furrow of individuality. Your call.

To be followed….

 

Semaine 18 : Vous

Nous avons tous une histoire, des schémas, une personnalité, des modes de pensées que nous croyons propres à soi mais qui comme vous le savez ont été majoritairement façonnés par l’environnement qui nous entoure.

Alors partons de ce postulat, et faisons un point sur cet environnement :

– La peur et l’insécurité : Aujourd’hui les gens ont peur de l’avenir. Peur de perdre leur travail, peur de ne pouvoir assurer la subsistance des besoins de leur famille. Ces peurs les empêchent pour la plupart du temps de prendre des risques.

– La culture du tout, tout de suite : Dans un monde qui bouge sans cesse, on ne prend plus le temps de se poser et de visualiser notre avenir ne serait-ce que sur un moyen terme. Notre culture est basée sur des résultats immédiats ‘Maintenant’ ou ‘Jamais’.

– Victimisation : Si je n’y arrive pas, c’est la faute à mon patron qui me met des bâtons dans les roues. Si je suis fatigué, c’est à cause des enfants qui me prennent beaucoup d’énergie. Si je ne peux pas acheter cet appartement, c’est parce que les taux d’emprunts sont trop élevés……….

– Être soi : dans un monde où l’opinion des autres et du quant dira-t-on ont une grande place, il faut du courage pour oser se montrer tels que nous sommes. Pourtant, nous avons tous nos forces et nos faiblesses et se découvrir sans filtre est une grande Force.

– Qu’est-ce que j’ai à y gagner : La vie est une compétition, débrouille-toi pour atteindre la plus haute marche du podium. Flippant.

C’est assez triste comme postulat n’est-ce pas ?

Maintenant, essayons de renverser les choses : ce qui est fait est fait, ce qui est passé est passé. Cela ne sert à rien de regarder en arrière car ce n’est pas dans ce sens que nous allons.

Ce n’est pas notre histoire passé qui doit définir notre vie, nous sommes les propres conducteurs de cette vie qui se trouve devant nous et nous pouvons choisir la direction que nous voulons prendre. Votre histoire, c’est ce que vous laissez derrière !!!!!. La personne que vous désirez être par contre exige que vous marchiez de l’avant et de fait, découvrir de nouvelles choses, accueillir ce que vous ne connaissez pas encore et cela passe par un apprentissage constant, durable, sur le temps.

De même le ‘Moi Je’ ne peut vous mener nulle part. Que vous soyez d’accord ou non, nous sommes tous interdépendants les uns des autres. Si vous voulez recevoir, vous devez donner. Si vous voulez réussir, vous devez aider d’autres personnes à réussir. Ce sont juste des principes universels.

Le ‘moi’ je me suis fait tout seul, ce sont juste des conneries, c’est de l’égo mal placé. Ne confondez pas ‘ambition’ qui est très souvent malsain car au dépends d’autrui et le fait de ‘s’élever’ dans un cadre sain en interagissant avec les personnes qui vous entourent et ainsi être dans un modèle ‘Gagnant- Gagnant’.

Nous avons tous à y gagner en utilisant ces principes mais beaucoup à perdre en restant dans un sillon de l’individualité. A vous de choisir.

A suivre…………

 

Week 17: Give yourself permission

When we are a child, we see the world with the eyes of innocence and we marvel at everything that surrounds us. We think we can do whatever we want, and we look at the adults sometimes with a feeling of incomprehension by their ease to make everything complicated.

For example, I loved climbing trees, riding every weekend, and I often wanted to sleep with my horse. When I spoke with my friends, we would draw the world with beautiful colors and imagined that we would be friends for the end of time. With our naivety and imagination, we could build great things and we could touch someone’s heart with a simple smile.

As we grow up, we are told that the world is as it is, that our life is just living inside it, trying not to bump its head against the walls too much. That we have to stay in the lines defined by others.

But it is a very limited life. We stop doing things that we loved and what was natural in our childhood becomes almost prohibited once adult. We stop showing who we are

We stopped giving ourselves permission to have, to do but above all to BE.

The consequence of all this as you certainly have guessed is a loss of self-confidence and fear of judgement. We have to comply with the mass Because it’s better (what!?) And we shut down our own desires.

For years I have stopped giving myself permission to feel good, to be happy, to live for myself, to cross the lines, to Let Go, to show who I am. I followed the others because it made sense, I was part of a group, I showed others that I could be like them. Where is the interest of all this? If you can’t be yourself, you’re nothing.

Look at this Experience and you get what I say

 

A few years ago, I Left France, Because I had enough. I took my backpack and went to live in a beautiful place in South America. You’re going to laugh but, I could climb trees again, ride a horse in an incredible valley and I was surrounded by people with heart. I started again to give myself permission to be myself and to be able to be feel good again

Back to France, I was reinvigorated, I discovered that I could bring positive in the lives of others..

With a simple smile, We can make someone feel good; by listening others we can influence in a good way; With a positive attitude, We can give someone’s confidence. With letting go, we can enjoy again present times without thinking about our past which can be painful.

Definition: Letting Go is just A flexible approach of life Which makes it much simpler.  being willing to allow life to carry you to a new place, even a deeper truer rendition of self.

Life can be much more fulfilling once one has discovered the simple fact that everything around us has not been created by people smarter than us, that we can give ourselves permission to be who we want to be. That we can make a difference, put our own brand, make our lives better but above all make the lives of others better. Once we are conscious of that, we are not the same anymore.

We are our worst enemy Then why couldn’t we be our best friend ?

What do you choose?

Very nice week to all of you.

Semaine 17 : Se donner la permission

Quand nous sommes enfant, nous voyons le monde avec les yeux de l’innocence et nous nous émerveillons de tout ce qui nous entoure. Nous pensons que l’on peut faire ce que l’on veut et nous regardons souvent les adultes avec un sentiment d’incompréhension quant à leur facilité à rendre toujours tout compliqué.

Moi par exemple, j’adorais grimper aux arbres, je faisais du cheval tous les week-ends et je voulais souvent dormir dans le même box qu’eux. Quand je parlais avec mes copines, nous dessinions le monde avec de magnifiques couleurs et nous imaginions que nous serions amies pour la fin des temps. Avec notre naïveté et notre imagination, nous pouvions bâtir de grandes choses et nous pouvions toucher le cœur de quelqu’un avec un simple sourire.

En grandissant, on nous dit que le monde est comme il est. On nous martèle que notre vie consiste juste à vivre à l’intérieur de celui-ci, en essayant de ne pas trop se cogner la tête contre les murs. Qu’il faut rester dans les lignes définis par d’autres.

Mais c’est une vie très limité. On s’interdit des choses et ce qui était naturel dans notre enfance devient quasi prohibé une fois adulte. Il ne faut plus se montrer tel que nous sommes !!!

On a arrêté de se donner la permission d’avoir, de faire mais surtout D’ETRE. D’être soi.

La résultante de tout cela comme vous l’avez certainement deviné est une perte de confiance en soi, la peur du jugement. On se conforme à la masse car c’est mieux (pfff) et nous étouffons l’écoute de nos propres désirs.

Pendant des années, j’ai arrêté de me donner la permission d’être bien, de pouvoir être heureuse, de vivre pour moi, de dépasser les lignes, de lâcher prise, de montrer qui je suis. Je suivais les autres car c’était logique, je faisais partie d’un groupe, je montrais aux autres que je pouvais être comme eux. Où est l’intérêt de tout cela ? Si tu ne peux pas être toi-même, tu n’es rien en fait.

Regardez cette expérience en image et vous comprendrez ce que je veux dire

Il y’ a quelques années, j’ai quitté la France, car j’avais ce ras le bol. Je suis partie vivre dans un endroit magnifique en Amérique du Sud. Vous allez rire mais, je pouvais de nouveau grimper aux arbres, faire du cheval dans une vallée incroyable et j’étais entouré de personnes de cœur. J’ai commencé de nouveau à me donner la permission d’être MOI et de pouvoir de nouveau être bien.

En rentrant en France, j’étais revigoré, j’ai découvert que je pouvais apporter du positif dans la vie des autres.

Avec un simple sourire, nous offrons du bien être aux autres ; avec de l’écoute, nous pouvons influencer les choses ; avec du positif, nous pouvons aider à redonner confiance à quelqu’un. Avec du lâcher prise, nous pouvons profiter de nouveau des moments présents sans se raccrocher à notre passé parfois douloureux ou réflexes connus.

Définition : Le lâcher prise est juste une approche souple de la vie qui la rend beaucoup plus simple. Cela demande du courage certes mais quel plaisir de redécouvrir cet état.

La vie peut être bien plus épanouissante une fois que l’on a découvert le simple fait que tout ce qui nous entoure n’a pas été créé par des gens plus futés que nous, que l’on peut se donner la permission d’être qui nous voulons être. Que nous pouvons influencer le cours des choses, apposer notre propre marque, rendre notre vie meilleure mais surtout rendre la vie des autres meilleures. Une fois que l’on a appris cela, nous ne sommes plus le même.

Nous sommes notre pire ennemi alors pourquoi ne serions-nous pas notre meilleur ami ?

Que choisissez-vous ?

Très belle semaine à vous tous.

Semaine 16: Qu’est-ce que la richesse?

Qu’est-ce que la richesse ?

La richesse, ce n’est pas ce que vous avez sur votre compte en banque.

La richesse, c’est la personne que vous êtes. C’est aussi ce que vous avez dans votre banque de temps au cours d’une journée : un crédit de 86 400 secondes exactement où vous pouvez décider de comment sera votre journée, de quel manière vous souhaitez la diriger, et les émotions que vous voulez ressentir.

Dans ma précédente vie, je ne me souciais pas de ce crédit. Je vivais comme un robot. Je travaillais le jour comme la nuit sans compter les weekend-ends. Et durant mes rares jours de repos, je faisais le ménage, la paperasse et je regardais la télé, juste histoire de PASSER LE TEMPS. Quel gâchis. Il a fallu que je fasses un Burn Out pour enfin écouter mon cœur. Mon cœur qui connaissait mes réelles envies, aspirations, et ce, depuis très longtemps.

Au début de ma carrière, ce cœur, Mon cœur, n’avait de cesse de tambouriner à mes oreilles et petit à petit, il a cessé ce tambourinement pour se transformer en chuchotements et presque s’éteindre. Il m’a fallu cette crise pour que je me redécouvres et que je reprennes possession de la personne que je suis avec mes valeurs, mes principes de vie et mes envies. Ce n’est pas toujours facile car il est si simple de se laisser ballotter par la vie et notre environnement. Mais en gardant toujours en tête ce que nous souhaitons pour nous-même, nous savons que nous sommes sur le bon chemin. Alors, Peut importes que cela prennes des années, l’important est de garder le cap.

On peut me considérer comme une idéaliste et cela peut faire sourire. Seulement, tous les grands hommes qui ont réussi sont des idéalistes qui ont travaillés pour atteindre des niveaux d’excellence de plus en plus élevés, qui ont visualisés et qui ont matérialisés ce qu’ils voulaient atteindre. Je ne parle pas uniquement de réussite professionnelle, car ce n’est qu’un seul élément de la roue de la vie qui en compte 9 (famille, professionnel, relation amoureuse, santé, amis et vie sociale…). Et nous savons que lorsque cela ne va pas dans une sphère de notre vie, cela a nécessairement des répercussions sur les autres sphères. C’est là où ça devient chaotique.

Je n’ai pas de recettes magiques pour le contrer car nous sommes tous humains avec nos forces et nos faiblesses, qui peuvent parfois prendre le dessus suivant notre état mental et émotionnel du moment. Ce que je peux dire par contre, c’est qu’il est important de toujours garder à l’esprit cet équilibre et cet utopie auquel nous voulons tendre.

Apprenez à cultivez votre richesse. Cette richesse qui vous définit avec vos idéaux, vos valeurs, vos envies, votre amour, votre authenticité, votre sincérité, votre générosité, vos forces et vos faiblesses… Et surtout ne vous cachez jamais de qui vous êtes car là réside votre force et c’est ce qui vous rend unique.

Très bonne semaine à tous.