Semaine 19: Le futur vous (suite de la semaine 18)

Il y’a quelques temps, je prenais un verre avec une amie qui me parlait de ses futurs projets. Déjà bien installé dans la vie, elle m’explique qu’elle a décidé de partir un an à l’étranger pour suivre une formation qui lui tient à cœur et changer de direction professionnelle. Elle ne sait pas encore vraiment comment, mais peu importe car elle connait son « Pourquoi ».

Ses yeux pétillaient au fur et à mesure qu’elle me parlait, son sourire s’élargissait quand elle imaginait sa future vie. C’était un magnifique moment. J’avais le sentiment de me trouver face à un enfant allant à une fête foraine pour la première fois.

Il faut toujours garder à l’esprit que ce que nous pensons grandit, et quand nous arrivons à nous projeter vers ce futur, nous communiquons cet enthousiasme autour de nous.

Seulement, il faut dès le départ savoir où on veut aller afin de prendre la direction qui nous y emmène.

Quand on imagine le futur soi, le « how » (comment) définit juste que l’on fasse les choses avec :

– Honnêteté (Honesty)

– Un esprit ouvert (open mindedness)

– Volonté (willingness)

Les gens qui réussissent font simplement les choses, les gens qui échouent prennent la décision Consciente de ne pas faire les choses.

Nous avons été conditionnés avec cette idée que : le bonheur arrive après le succès mais c’est complétement le contraire. Développe un état d’esprit où tu te sens heureux et le succès arrivera.

Une vie sans passion est juste inutile. Les gens heureux sont 31% plus productifs et 37% plus performants. Alors, soyons heureux de ce que nous voulons faire en tout premier lieu car c’est ainsi que l’on rend les autres heureux et que nous accédons à ce que nous désirons.

Nous avons tous entendu parler de la lampe d’Aladin quand nous étions enfant. Avez-vous conscience que cette lampe, c’est vous !!

Tout ce que vous possédez aujourd’hui provient de pensées que vous avez eu dans le passé. La Pensée est avant tout un souhait qui engendre des émotions, qui, par ricochet amène une croyance, qui va engendrer le passage à l’action.

Nous avons déjà tout en nous alors « Qu’est-ce que vous prétendez ne pas savoir ? » et « Qu’est-ce que la personne que je souhaites devenir doit faire pour atteindre ce but ? »

Tout ce que nous mettons en mouvement dans la vie continue en mouvement selon une progression simple et logique, à condition de ne pas tirer sur le frein d’arrêt. C’est vous qui tenez les rênes, dois-je le rappelez ?

S’il y’a un feu rouge, peu importe ; les ralentissements n’empêche nullement la progression. Vous avez un véhicule, un Gps, du carburant, c’est tout ce qui compte.

Certaines personnes ne planifient pas d’échouer, elles échouent simplement de planifier. Et pour ce qui est de notre zone de confort qui est un peu notre cocooning, même si elle n’est pas forcément des plus agréable, et bien dites-vous qu’elle vous contrôle jusqu’à ce que vous décidiez Vous de la contrôler. On choisit la vie que nous vivons. Ce sont des choix conscients quotidiens, heures par heures, minutes par minutes qui vont faire ce qui nous sommes et ce que nous devenons.

Vous pourriez me dire, oui mais il y’a des choses que l’on ne peut pas contrôler (la météo,les bouchons, les gréves…), évidemment!!, et alors, c’est comme ça c’est tout, vous n’allez pas en parler pendant une semaine!!; ça ne sert à rien de pester pour ça et de perdre votre énergie pour rien. Acceptez le et Concentrez-vous uniquement sur ce que vous pouvez contrôler car la liste est longue 🙂 et nous le savons tous au fond de nous.

Je terminerai avec cette petite anecdote : un jour une jeune femme va voir un grand coach en développement personnel pour lui demander un conseil sur la motivation. Il lui répond juste : « Tu vas mourir demain ».

Alors, comment souhaitez-vous que l’on se rappelle vous ? Qu’est-ce que vous voulez laisser derrière vous ? Une Empreinte….. ou Juste des cendres.

C’est tabou ce que je dis mais au final, nous avons toujours le choix :

Ecouter : ce que nous dicte notre cœur

Ignorer : les circonstances qui régissent notre vie car nous avons une influence sur elles.

 

 

 

 

 

 

 

OU BIEN

Ecouter : les circonstances qui régissent notre vie sans rien changer

Ignorer : ce que vous dicte votre cœur

J’ai fait mon choix. Quel est le vôtre ?

Bonne semaine à tous.

 

Advertisements

Semaine 18 : Vous

Nous avons tous une histoire, des schémas, une personnalité, des modes de pensées que nous croyons propres à soi mais qui comme vous le savez ont été majoritairement façonnés par l’environnement qui nous entoure.

Alors partons de ce postulat, et faisons un point sur cet environnement :

– La peur et l’insécurité : Aujourd’hui les gens ont peur de l’avenir. Peur de perdre leur travail, peur de ne pouvoir assurer la subsistance des besoins de leur famille. Ces peurs les empêchent pour la plupart du temps de prendre des risques.

– La culture du tout, tout de suite : Dans un monde qui bouge sans cesse, on ne prend plus le temps de se poser et de visualiser notre avenir ne serait-ce que sur un moyen terme. Notre culture est basée sur des résultats immédiats ‘Maintenant’ ou ‘Jamais’.

– Victimisation : Si je n’y arrive pas, c’est la faute à mon patron qui me met des bâtons dans les roues. Si je suis fatigué, c’est à cause des enfants qui me prennent beaucoup d’énergie. Si je ne peux pas acheter cet appartement, c’est parce que les taux d’emprunts sont trop élevés……….

– Être soi : dans un monde où l’opinion des autres et du quant dira-t-on ont une grande place, il faut du courage pour oser se montrer tels que nous sommes. Pourtant, nous avons tous nos forces et nos faiblesses et se découvrir sans filtre est une grande Force.

– Qu’est-ce que j’ai à y gagner : La vie est une compétition, débrouille-toi pour atteindre la plus haute marche du podium. Flippant.

C’est assez triste comme postulat n’est-ce pas ?

Maintenant, essayons de renverser les choses : ce qui est fait est fait, ce qui est passé est passé. Cela ne sert à rien de regarder en arrière car ce n’est pas dans ce sens que nous allons.

Ce n’est pas notre histoire passé qui doit définir notre vie, nous sommes les propres conducteurs de cette vie qui se trouve devant nous et nous pouvons choisir la direction que nous voulons prendre. Votre histoire, c’est ce que vous laissez derrière !!!!!. La personne que vous désirez être par contre exige que vous marchiez de l’avant et de fait, découvrir de nouvelles choses, accueillir ce que vous ne connaissez pas encore et cela passe par un apprentissage constant, durable, sur le temps.

De même le ‘Moi Je’ ne peut vous mener nulle part. Que vous soyez d’accord ou non, nous sommes tous interdépendants les uns des autres. Si vous voulez recevoir, vous devez donner. Si vous voulez réussir, vous devez aider d’autres personnes à réussir. Ce sont juste des principes universels.

Le ‘moi’ je me suis fait tout seul, ce sont juste des conneries, c’est de l’égo mal placé. Ne confondez pas ‘ambition’ qui est très souvent malsain car au dépends d’autrui et le fait de ‘s’élever’ dans un cadre sain en interagissant avec les personnes qui vous entourent et ainsi être dans un modèle ‘Gagnant- Gagnant’.

Nous avons tous à y gagner en utilisant ces principes mais beaucoup à perdre en restant dans un sillon de l’individualité. A vous de choisir.

A suivre…………

 

Semaine 17 : Se donner la permission

Quand nous sommes enfant, nous voyons le monde avec les yeux de l’innocence et nous nous émerveillons de tout ce qui nous entoure. Nous pensons que l’on peut faire ce que l’on veut et nous regardons souvent les adultes avec un sentiment d’incompréhension quant à leur facilité à rendre toujours tout compliqué.

Moi par exemple, j’adorais grimper aux arbres, je faisais du cheval tous les week-ends et je voulais souvent dormir dans le même box qu’eux. Quand je parlais avec mes copines, nous dessinions le monde avec de magnifiques couleurs et nous imaginions que nous serions amies pour la fin des temps. Avec notre naïveté et notre imagination, nous pouvions bâtir de grandes choses et nous pouvions toucher le cœur de quelqu’un avec un simple sourire.

En grandissant, on nous dit que le monde est comme il est. On nous martèle que notre vie consiste juste à vivre à l’intérieur de celui-ci, en essayant de ne pas trop se cogner la tête contre les murs. Qu’il faut rester dans les lignes définis par d’autres.

Mais c’est une vie très limité. On s’interdit des choses et ce qui était naturel dans notre enfance devient quasi prohibé une fois adulte. Il ne faut plus se montrer tel que nous sommes !!!

On a arrêté de se donner la permission d’avoir, de faire mais surtout D’ETRE. D’être soi.

La résultante de tout cela comme vous l’avez certainement deviné est une perte de confiance en soi, la peur du jugement. On se conforme à la masse car c’est mieux (pfff) et nous étouffons l’écoute de nos propres désirs.

Pendant des années, j’ai arrêté de me donner la permission d’être bien, de pouvoir être heureuse, de vivre pour moi, de dépasser les lignes, de lâcher prise, de montrer qui je suis. Je suivais les autres car c’était logique, je faisais partie d’un groupe, je montrais aux autres que je pouvais être comme eux. Où est l’intérêt de tout cela ? Si tu ne peux pas être toi-même, tu n’es rien en fait.

Regardez cette expérience en image et vous comprendrez ce que je veux dire

Il y’ a quelques années, j’ai quitté la France, car j’avais ce ras le bol. Je suis partie vivre dans un endroit magnifique en Amérique du Sud. Vous allez rire mais, je pouvais de nouveau grimper aux arbres, faire du cheval dans une vallée incroyable et j’étais entouré de personnes de cœur. J’ai commencé de nouveau à me donner la permission d’être MOI et de pouvoir de nouveau être bien.

En rentrant en France, j’étais revigoré, j’ai découvert que je pouvais apporter du positif dans la vie des autres.

Avec un simple sourire, nous offrons du bien être aux autres ; avec de l’écoute, nous pouvons influencer les choses ; avec du positif, nous pouvons aider à redonner confiance à quelqu’un. Avec du lâcher prise, nous pouvons profiter de nouveau des moments présents sans se raccrocher à notre passé parfois douloureux ou réflexes connus.

Définition : Le lâcher prise est juste une approche souple de la vie qui la rend beaucoup plus simple. Cela demande du courage certes mais quel plaisir de redécouvrir cet état.

La vie peut être bien plus épanouissante une fois que l’on a découvert le simple fait que tout ce qui nous entoure n’a pas été créé par des gens plus futés que nous, que l’on peut se donner la permission d’être qui nous voulons être. Que nous pouvons influencer le cours des choses, apposer notre propre marque, rendre notre vie meilleure mais surtout rendre la vie des autres meilleures. Une fois que l’on a appris cela, nous ne sommes plus le même.

Nous sommes notre pire ennemi alors pourquoi ne serions-nous pas notre meilleur ami ?

Que choisissez-vous ?

Très belle semaine à vous tous.

Semaine 16: Qu’est-ce que la richesse?

Qu’est-ce que la richesse ?

La richesse, ce n’est pas ce que vous avez sur votre compte en banque.

La richesse, c’est la personne que vous êtes. C’est aussi ce que vous avez dans votre banque de temps au cours d’une journée : un crédit de 86 400 secondes exactement où vous pouvez décider de comment sera votre journée, de quel manière vous souhaitez la diriger, et les émotions que vous voulez ressentir.

Dans ma précédente vie, je ne me souciais pas de ce crédit. Je vivais comme un robot. Je travaillais le jour comme la nuit sans compter les weekend-ends. Et durant mes rares jours de repos, je faisais le ménage, la paperasse et je regardais la télé, juste histoire de PASSER LE TEMPS. Quel gâchis. Il a fallu que je fasses un Burn Out pour enfin écouter mon cœur. Mon cœur qui connaissait mes réelles envies, aspirations, et ce, depuis très longtemps.

Au début de ma carrière, ce cœur, Mon cœur, n’avait de cesse de tambouriner à mes oreilles et petit à petit, il a cessé ce tambourinement pour se transformer en chuchotements et presque s’éteindre. Il m’a fallu cette crise pour que je me redécouvres et que je reprennes possession de la personne que je suis avec mes valeurs, mes principes de vie et mes envies. Ce n’est pas toujours facile car il est si simple de se laisser ballotter par la vie et notre environnement. Mais en gardant toujours en tête ce que nous souhaitons pour nous-même, nous savons que nous sommes sur le bon chemin. Alors, Peut importes que cela prennes des années, l’important est de garder le cap.

On peut me considérer comme une idéaliste et cela peut faire sourire. Seulement, tous les grands hommes qui ont réussi sont des idéalistes qui ont travaillés pour atteindre des niveaux d’excellence de plus en plus élevés, qui ont visualisés et qui ont matérialisés ce qu’ils voulaient atteindre. Je ne parle pas uniquement de réussite professionnelle, car ce n’est qu’un seul élément de la roue de la vie qui en compte 9 (famille, professionnel, relation amoureuse, santé, amis et vie sociale…). Et nous savons que lorsque cela ne va pas dans une sphère de notre vie, cela a nécessairement des répercussions sur les autres sphères. C’est là où ça devient chaotique.

Je n’ai pas de recettes magiques pour le contrer car nous sommes tous humains avec nos forces et nos faiblesses, qui peuvent parfois prendre le dessus suivant notre état mental et émotionnel du moment. Ce que je peux dire par contre, c’est qu’il est important de toujours garder à l’esprit cet équilibre et cet utopie auquel nous voulons tendre.

Apprenez à cultivez votre richesse. Cette richesse qui vous définit avec vos idéaux, vos valeurs, vos envies, votre amour, votre authenticité, votre sincérité, votre générosité, vos forces et vos faiblesses… Et surtout ne vous cachez jamais de qui vous êtes car là réside votre force et c’est ce qui vous rend unique.

Très bonne semaine à tous.

Semaine 15: Très belle année 2019

Avez-vous déjà regardé le film Rasta Rocket ? Pour les fêtes de fin d’année, je me suis fait de nouveau ce plaisir.

Je résume, c’est l’histoire d’un homme qui voit son rêve d’aller aux jeux olympique s’écrouler après avoir fait une chute sur un cent mètre en athlétisme.

Seulement, son désir d’aller aux jeux olympique est tellement présent en lui qu’il va avoir l’idée de monter une équipe de Bobsleigh et de se rendre au Canada afin de se qualifier.

Toute la fédération se moque d’eux, évidemment, et ne les prennent absolument pas au sérieux. Mais à force d’envie, de persévérance et de foi, ils atteignent l’exploit d’être parmi les meilleurs.

Cette histoire est incroyable,  les ingrédients du succès par rapport à un but précis sont réunis.

Un objectif bien défini : Celui d’être les premiers jamaïcains au monde à concourir pour cette discipline aux JO. La vision est là.

Un plan d’action : Entrainement intensif, dans leur propre pays avec les moyens du bord. Puis au Canada, apprentissage de la course sur glace dans une patinoire (scène incroyable) ; étude approfondi sous tous les angles de la piste et du parcours.

Leur mindset : Malgré les blagues désobligeantes et autre pessimisme environnant, Ils ne laissent personne les décourager.

Une alliance ‘une équipe’ : Peu importe leurs différences, ils en font une force, l’équipe est soudée, ils se voient gagnés tous ensemble ou pas du tout.

Il y’a une scène où le dialogue résume le film :

  1. Est-ce que le verbe ‘Abandonner’ signifie quelque chose pour toi ?
  2. ‘Abandonner’ ? JAMAIS ENTENDU PARLER …
  3. Nous somme différents et les gens ont peur de ce qui est différent. C’est tout.

C’est vrai malheureusement, les gens ont souvent peur de ce qui est différent.

Avez-vous remarqué que très souvent, quand nous regardons un film, nous nous identifions au héros et nous rêvons d’être à leur place.

Quand j’ai vu ‘Dirty Dancing’ pour la première fois, je dois l’avouer, je me suis sentis comme ‘Baby’, un peu rebelle dans l’âme, pas heureuse dans mes baskets et prête à faire les 400 coups dans ma vie (chose faite d’ailleurs 😊) et même si je sens un sourire poindre sur votre visage messieurs, à 95%, je vous imagine vous identifier comme Patrick Swayze.

Mais qu’est-ce qui nous empêche d’oser. Qu’avez-nous à perdre ?

Quelle est la pire chose qui pourrait arriver ?  En règle générale, on accorde beaucoup trop d’importance à ce que les autres pensent. N’est-ce pas ?

Qu’est-ce qui pourrait arriver si vous tentez quelque chose ?  Si ce n’est vous sentir bien, heureux, fier de vous-même et accompli.

Il est important d’être le héros de sa propre vie, d’être en accord avec soi-même et, si vous êtes différents, au contraire, cultivez cette différence. Car vous n’avez aucun problème, les autres en ne vous acceptant pas tel que vous êtes en ont un par contre, en démontrant une intolérance envers vos désirs et vos rêves.

Je vis dans le 21 ème siècle, je suis heureuse dans ce que je fais, je n’ai de cesse d’apprendre chaque jour, et je considère que la vie est magique si nous prenons la peine d’ouvrir les yeux à tout ce qui nous entoure, si nous prenons la peine d’être reconnaissant envers ces petites choses quotidiennes qui peuvent nous apporter un sourire. La vie est ce que nous en faisons, il ne devrait y avoir aucune place pour se plaindre. S’il y’a un problème, il y’a une solution. S’il n’y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problème.

Je vous souhaites une magnifique année 2019 rempli de bonheur, à la poursuite de vos rêves, du renforcement de vos valeurs humaines, de partage et d’amour inconditionnel.

Semaine 13 et 14: Gratitude

Pour cette semaine de fêtes, je tenais à exprimer de la gratitude.

Nous prenons que trop rarement le temps d’apprécier ce que nous avons et nous nous concentrons à tort sur ce que nous n’avons pas encore.

L’esprit est un muscle que nous devons entraîner tout comme les muscles du corps. Si nous ne laissons entrer que des pensées négatives en nous, nous développons un schéma de vie négatif mais si nous nous focalisons sur des éléments positifs ; sur des projets ; sur ce que nous voulons pour nous même alors nous développons un tout autre état d’esprit qui nous amène vers un bien être intérieur et nous permet d’être plus alerte à tout ce qui nous entoure.

Regardez !!!  

Regardez tout le chemin que vous avez parcouru dans votre vie. Tout ce que vous avez déjà accompli, tout ce que vous savez faire, toutes les compétences de vie acquises.

Regardez :  De quoi êtes-vous reconnaissant quand vous pensez à votre vie familiale, à vos enfants, à vos relations.  De quoi êtes-vous reconnaissant quand vous pensez à votre santé physique, à votre engagement personnel, professionnel.

Cela peut être de petites choses quotidiennes : le sourire de votre enfant le matin, le fait d’avoir un toit sur la tête, à manger, le fait qu’il fasse soleil aujourd’hui, le fait qu’un voisin vous ait rendu service aujourdh’ui, un moment de partage entre amis….

La Gratitude, c’est être heureux de ce que l’on a et non être malheureux de ce que l’on n’a pas.

Alors, merci de m’offrir un toit sur la tête, merci à ma famille, merci à ces personnes avec lesquelles j’ai partagé un merveilleux repas de Noël, merci aux belles personnes que j’ai pu rencontrer dernièrement, merci à mes clients de me faire confiance, merci à tous ces compliments que je reçois sur la qualité de mon travail, merci à mon pt’it homme d’avoir croisé mon chemin, merci à mes amis, merci à la vie de me donner de belles opportunités, MERCI. Merci à tous. Merci à MKMMA. Merci à toutes les personnes que je connais partout dans le monde et très belle fin d’année à tous.

 

 

Semaine 12 : Qu’est-ce que la réussite en soi?

Peut-on réellement définir le sens du mot réussite ? y’a-t-il 2 hommes parmi un milliers de sages pouvant définir la réussite dans les mêmes mots ? Pourtant, l’échec est toujours décrit de la même manière. L’échec est l’incapacité d’un homme à atteindre ses buts dans la vie, quels qu’ils soient. « Og Mondino ». 

Quand j’ai lu ce passage, je me rappelle avoir bloqué dessus pendant un long moment et à réfléchir sur le sens réel de tout ceci. Je me suis dit qu’en fait, il n’y avait pas de réel définition à la réussite, ni de phrase magique et encore moins de stratégie parfaite et factuel qui permettrait d’accéder à la réussite. Pourquoi ? Car vous pouvons chercher un tas d’éléments extérieurs mais si au fond de vous, vous ne croyez pas pouvoir réussir, alors les dés sont jetés d’avance.

Tout commence à l’intérieur de nous.

J’aime cette citation qui dit : N’attends pas de réussir pour être heureux, mais sois heureux pour pouvoir réussir. Cela veut bien dire que tout commence en nous-même. N’est-ce pas ?

Je me souviens qu’au début de ma vie d’adulte, je souhaitais devenir artiste. J’écrivais des textes de chansons, je chantais et je faisais aussi de la comédie. Je croyais en ce que je faisais et cela me procurait des émotions de joie, de plaisir et de bien-être. Seulement, mon entourage proche ainsi que certains amis bien attentionnés  n’étaient pas du tout du même avis que moi et à force de me répéter que cela ne pourrait jamais fonctionner, que ce n’était pas un métier, j’en suis venu à cette croyance interne que je ne pourrais pas réussir dans ce domaine. Et, c’est exactement ce qu’il s’est produit.

Tant que nous n’avons pas cette compréhension que tout ce que nous créons dans la vie est le fruit de notre pensée, et par ricochet, de nos croyances, on aura du mal à avancer vers des objectifs qui nous tiennent vraiment à cœur.

Pourtant, il nous aie difficile de bannir la peur, l’anxiété ou le découragement, qui sont des énergies mentales puissantes qui nous éloignent de nous sans cesse l’objet de nos objectifs (de nos désirs), de sorte que nous faisons un pas en avant et 2 pas en arrière. 

Mais alors que faut-il faire ?

Il n’y’a pas de recettes magiques mais plutôt des principes que je développerais dans un autre article.

Mais pour commencer, je dirais que La seule manière d’éviter de reculer est de toujours avancer. Qu’il est impératif d’avoir conscience du fait que nous pouvons être qui nous voulons être. Ensuite, qu’il faut avoir le courage d’oser et enfin, d’avoir la foi de le faire, ou si vous préférez de prendre l’engagement envers soi-même de le faire.

Alors, qu’est-ce que la réussite si ce n’est avant tout un état d’esprit ?